Accueil > Vous avez la parole > A la conquête du monde

A la conquête du monde

samedi 25 mai 2013, par administrateur.
Mis à jour le mardi 4 juin 2013

On passera sur les multiples dimanches passés à faire mumuse dans le lac au milieu de la vase afin de perfectionner notre technique pour tenter de conquérir le monde d’avoir notre niveau 4, tout en subissant le couroux de moniteurs sadiques (« j’arrivais pas à te remonter, je n’aurais jamais mon examen je peux aller mourir ? mais non c’est normal j’ai rajouté 14 kilos à ma ceinture pour que tu sois un peu plus performant la prochaine fois. ») ; sur le re-squatage du club par les étrangers nos adorables camarades de lac qui s’est déroulé dans la joie et la bonne humeur (« NAAAAAAAAAAAAAAN jveux pas y aller nan jveux pas j’irais pas j’en ai marre laissez moi dormir le dimanche matin, jveux pas les voir leurs moniteurs sont encore pires que les nôtres, ouin j’ai peur au secours, l’année prochaine je me met au tricot ») et nous voila à la fin de notre formation niveau 4, ce soir l’examen théorique fera déjà la sélection et seul les plus forts survivrons face aux épreuves qui font frémir tel l’épouvantable réglementation ou l’abominable physiologie.
Non ça ne se passe pas vraiment comme ça mais il faut bien donner du rêve aux quelques lecteurs de ma prose.

J’espère que les quelques résumés que j’ai pu écrire vous auront donné envie de palmer pendant des heures dans l’eau froide, de vous enliser dans la boue et de vous noyer avec un mannequin ultra lourd, en fait que ça vous aura donner envie de vous inscrire au niveau 4. Bon ok j’arrête, on va finir par manquer d’encadrants au CPALB.

Si je suis sérieuse deux minutes, le niveau 4 est une formation très intéressante qui entraîne des remises en questions sur sa façon d’aborder la plongée et même si on échoue tel le Lamentin amorphe a l’examen, ça nous aura apporté un questionnement loin d’être inutile.

Sur ce, je vais finir de mettre des anti-sèches dans ma trousse et me diriger tête haute vers l’abattoir. A bientôt pour avoir le plaisir d’encadrer j’espère ou bien pour retenter d’avoir ce niveau 4.

 Dimanche 22 avril - Votez N4 !

Et ce n’est pas sans une certaine émotion que nous nous levons en cette matinée ensoleillée du dimanche 22 avril 2007, non pas pour nous diriger vers les bureaux de votes mais vers les eaux froides de notre lac aixois.

Pour la première fois depuis le début de cette formation nous sommes au complet, Pascal ayant décidé de nous accompagner, nous voila tous les 3 parés à en découdre avec les exercices N4. Pour nous encadrer, Ptit Fred, Jean-Luc, Edouard et Bruno sont la et nous ont préparé un petit programme (non pas un programme électoral) sympa.

On s’équipe à fond la caisse, pas le temps de dire deux bêtises que nous voila déjà sur la barge à entamer la manœuvre de sortie du port. Fred me confie la barre pour aller sur le site devant le ski nautique, il prend des risques et il le sait même pas. Naïf va.
Les réjouissances commencent avec une apnée à 10m, deux plongeurs étanches (Ed et Jean-Luc) s’immergent, un à 10m, l’autre à 5m, on se prépare et on y va. Apres avoir lutter contre Archimède pendant un bon moment mes deux acolytes se décident a se plomber un peu plus et arrivent jusqu’au bout du bout sans difficulté.

L’apnée se passe donc sereinement, Edouard ne me laisse pas le temps de lui donner mon numéro qu’il m’ordonne déjà de remonter, on sort de l’eau, on s’équipe et on y retourne pour une DTH et une remontée assistée de 30m.

C’est Jean-Luc notre ami pompier que je vais essayer de tuer aujourd’hui. Immersion sur 20m, tentative de prise pour la DTH, oups on bascule, forcément dans une pente a 30° c’est pas évident. On va donc chercher un ptit bout de caillou plus loin histoire d’avoir un appui plus facile. On recommence la prise, je me cale sur sa respiration donne un coup de palme, même deux, même trois, et on décolle…flapouille flapouille, je comprend pendant la remontée qu’il avait pas vidé toute sa stab, c’est pas juste il a triché. Arrivée à 5m, je lâche, reprend mon souffle et on redescend.

On cherche 30m, la je me tourne vers mon chef-chef du jour, « ok » « ok » tout va bien… « ba pourquoi tu lâche ton détendeur ?…aaaaaa tu veux que je te remonte !!! oké coco on y va » mais emportée par mon enthousiasme je gonfle trop sa stab et nous voila a 20m en une fraction de seconde et demi, ce qui, croyez moi, est peu. Finalement on arrive à pas percer. On finit la plongée en palietant tout en essayant de retrouver la pente vaseuse ( ba oui la c’est pas un tombant) et on sort pas trop loin du bateau.
Une plongée pas trop mauvaise donc, bien qu’il reste beaucoup de choses a améliorer. Mais quand on pense a certains (que je ne citerais pas hein Jean louis et Bruno, oups j’lai fait.) qui se plombent beaucoup trop pour empêcher leur petit camarade de les remonter, on peut dire qu’on s’en est pas trop mal tiré.

Enfin bon, préparons nos cuisses les mecs, je crois qu’on va en bouffer de la DTH

 Dimanche 15 avril- brassage ethniques

Quelques remontées dans l’eau froides, une bronchite et deux dimanches plus tard nous revoilà d’attaque pour une journée de formation niveau 4.

Ayant été lâchement abandonnée par mes camarades du CPALB c’est toute seule que je défends l’honneur du club face aux plongeurs du département et aux moniteurs venus s’amuser à nous traumatiser toute une journée de formation niveau 4.

Arrivée au club à une heure fort matinale mais ensoleillée, la journée va être belle. Prise de contact avec les envahisseurs, eu non, les invités, et très grande classe il s’avère que nous sommes un moniteur, un élève MF1 et un élève N4 dans chaque palanquée. Favorisant les mélanges ethniques on brasse les clubs et voila que je me retrouve avec Cécile une élève MF1 du GSRL et Richard, moniteur venant du fond de la Savoie, des profondeurs de la tarentaise, bref d’Albertville.

Impatients de connaître le programme de la journée, nous trépignons d’impatience pendant que Fred le grand nous expose les modalités du parcours de combat que nous allons devoir faire. Le programme est simple, une assistance à 70m suivi d’un tractage de rive à rive puis une démonstration technique avec handicap (le moniteur sera sur-lesté de 40 kg). Evidemment ça choque nos invités du GSRL (ils étaient 4, au total donc nous étions 5 si vous avez bien suivis, à préparer notre niveau 4, sur 11 inscrits…no comment.) qui ne sont pas habitués aux méthodes viriles de Fred le grand. Du coup, par souci diplomatique on décide de faire simplement une remontée assistée de 30m et la DTH avec stab vide. Ça suffira. Le programme de l’après-midi sera apnée, nage et mannequin.

Youpla nous voila dans l’eau, brrr elle est froide, oui on sait. Immersion, remontée à vitesse contrôlée tout en surveillant si la victime ne meurt pas, redescente, galèrage pour se soulever du fond avec un moniteur sur les genoux (mais non Richard je n’ai pas dit que t’étais gros), palier, retour surface. Matinée finie.

Efficace hein ?

Après un repas fort équilibré (choix difficile entre des frites et de la friture) et un débat sur la " fluidité " de certaines plongeuses dans l’eau nous retournons dans l’eau, " hé enlève deux kilos à ta ceinture, avec ce qu’on a mangé a midi tu coules tout seul " pour la nage sous l’œil critique des futurs MF1 " bon les gars pour nager il faut commencer par essayer de battre des palmes dans l’eau hein… " Le pire ayant été le mannequin qui est mort une quarantaine de fois, manquant de nous entraîner dans sa noyade à chaque fois.

Une journée fort instructive donc qui à permis de brasser un peu les clubs et de plonger avec des moniteurs et futurs moniteurs qui ne nous connaissaient pas forcément sous l’eau, expérience très intéressante et conviviale. Un avis neuf est toujours très intéressant à prendre et permet d’avancer. Merci a tous donc d’avoir étés là.

 Welcome in hell (toi qui rentre ici, oublie toute espérance)

Après avoir enchaîné moult remontées, assistances et autres nages diverses, trois (Jean-Louis, Pascal et Claire la petite) de nos chers adhérents se voient cette année pris d’un gros coup de motivation-folie-megalomanisme (rayer la mention inutile) et se préparent à passer l’effroyable NIVEAU 4…encadrés par des pros évidemment (La Fred’s team).

On vous passera le résumé des cours théoriques que nous prenons au CDOSS à un horaire fort pédagogique : vendredi soir 20h30-00h, cours passionnants et pleins de rebondissements qui nous ont permis de rencontrer des camarades des autres clubs de la région et d’assouvir notre soif de connaissance dans une ambiance studieuse.

Voila donc maintenant nos trois héros-fous-ambitieux (rayer la mention inutile) en phase d’attaquer la préparation technique. Oui je sais ça fait peur, mais n’oublions pas que nous sommes encadrés par des pros, et qu’il serait dangereux de refaire la même chose seul à la maison les enfants.

Et c’est le dimanche 25 mars, lendemain du passage à l’heure d’été, que nous nous réveillons à l’aube moins 1h pour aller faire plitch plotch dans l’eau froide mais accueillante du lac. Arrivée au club vaillante (’BAM’ " ouvre tes yeux tu t’es pris la porte ") pour deux des futurs candidats, Jean-Louis et Claire, le troisième ayant été vaincu par un virus certainement envoyé par des concurrents déloyaux.

On commence par un briefing du chef pour nous mettre dans le bain " alors on traverse le lac en nageant et on revient, aller nage libre, retour 4 nages on change tous les 100m, après on renfloue le voilier coulé devant le port, sans bouteille, faut vous entraîner à l’apnée les mecs ! Et pour finir on se fait une remontée de 60 en assistance… quelqu’un à une question ? "

Finalement vu l’état physique des troupes et l’attaque sournoise d’une sinusite sur un des membres de l’équipe on se restreint à un 800m PMT, une apnée à 5m et une remontée de 20m.
6 moniteurs et apprentis moniteurs étaient la pour soutenir nos futurs candidats, du coup seulement 4 sont restés avec nous, les deux autres ayant préféré une explo a un 800 PMT… Ils savent pas ce qui est bon.

Apres un café et deux conneries, tout le monde s’équipe et nos futurs N4 (soutenus par Edouard) ressortent avec émotion leur humide… " C’est quoi ce délire, on est pas encore dans l’eau j’ai déjà froid…je savais que j’aurais pas du venir " et zoupla enfilent leurs palmes et leurs masques pour un 800m. Le contexte vivifiant fait que la nage est plus un combat contre les éléments qu’une recherche de glisse optimale, enfin on finit quand même par y arriver, perdant Edouard au passage qui aura préféré nous abandonner plutôt que de mourir geler, et en faisant péter un chrono digne d’un hérisson grabataire.

Après avoir récupéré nos doigts nous voila tous apte à applaudir Jean-Louis qui se lance dans un canard magnifique (technique des jambes repliées) afin d’optimiser son apnée. Et ce sera en luttant contre une vilaine crampe au pied qu’il sauvera vaillamment Grand Fred. Quel homme ce Jean-Louis !

Retour au club pour se réchauffer, bilan globalement positif pour cette première séance N4 " cool le froid m’a fait tomber que 2 doigts aux mains et seulement 1 au pied ! ", faut se remettre dans le bain des remontées techniques doucement et même si elle est froide, on est motivés !!!

Enregistrer au format PDF Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable

Calendrier