Accueil > De tout un peu, plongée ou pas > Documents plongée > A propos de l’utilisation des blocs AERI en plongée

A propos de l’utilisation des blocs AERI en plongée

samedi 14 septembre 2013, par administrateur.
Mis à jour le samedi 14 septembre 2013

Suite à une question posée par un adhérent, voici quelques éléments de réponse concernant les blocs AERI donnée par la FFESSM.

Dans l’absolu pour plonger on peut utiliser tous types de récipients (corps d’extincteur/bouteille tampon 50 L/réservoir d’air comprimé pour système de freinage de camion/canette de soda ), du moment que l’on respecte la règlementation établie par le ministère de l’industrie et de la FFESSM.

Il n’y a donc aucune contre-indication du moment que le propriétaire de la bouteille respecte la règlementation en vigueur. Vu que le bloc est détourné de son utilisation originelle (terrestre/subaquatique) ,il change donc de règlementation (pompier par exemple) et passe sous celle de la FFESSM.

  • doivent apparaitre sur le récipient (marquage) les différents éléments selon règlementation en vigueur des équipements sous pression (cf. ministère industrie et règlementation européenne) n° série, P° service et requalification………..
  • gaz contenu correspondant à la nature du gaz inscrit sur la bouteille et respect des P° d’utilisation.
  • inspection visuelle et requalification correspondant au régime que le propriétaire a choisi (régime général : inspection chaque année, requalification tous les 2 ans ; régime dérogatoire : inscription du bloc au registre TIV du club, inspection annuelle et requalification tous les 5 ans).
  • comme pour les blocs plongée classique ne pas gonfler un bloc classé O2 à l’air sous risque de le polluer par des corps gras et inversement.

Donc, dans l’absolu pas de problèmes en structure FFESSM si les différents critères sont respectés par le propriétaire.

Enregistrer au format PDF Format pdf
impression Impression
suivre la vie du site Syndiquer la rubrique
articles du meme auteur Du même auteur

Calendrier