Accueil > Notre Club > Le club dans le presse et sur le Web > Ils ont plongé dans les eaux froides du lac du Bourget

Ils ont plongé dans les eaux froides du lac du Bourget

lundi 9 janvier 2006, par administrateur.
Mis à jour le jeudi 16 octobre 2014

Le Dauphiné libéré - 9 janvier 2006 - n°19022 - page 8

ILS ONT PLONGÉ DANS LES EAUX FROIDES DU LAC DU BOURGET

Un vrai bain de sensations

Ils n’avaient pas froid aux yeux, ça c’est sûr. Mais pour le reste … Venus de tout le département, des dizaines de plongeurs se sont jetés à l’eau hier, pour sacrifier à la traditionnelle plongée de l’An neuf. Les plus avertis avaient revêtu des combinaisons totalement étanches. Mais le gros des troupes s’est contenté d’habits en néoprène humide ou semi humide, qui laissent passer l’eau. Rien que de les voir à demi nus enfiler leurs vêtements de plongée, les spectateurs, venus nombreux cette année, en ont eu la chair de poule !

Détail réfrigérant : l’eau ne dépasse pas les 5° en cette saison … Mais l’amitié qui lie ces fanas du sous l’eau a eu vite fait de les réchauffer. Au moins virtuellement… Ils se sont donc élancés du ponton des pêcheurs, sur l’esplanade du lac, certains en habit de père Noël, ce qui ne manquait pas de sel. Puis ils ont effectué une descente verticale pour aller admirer les brochets par 30 mètres de fond et … se faire la bise du Nouvel an. Pas facile, avec un masque et un détendeur !

Moteur, chaises, canettes et bouteille de champagne.


Mais le chaud revers de cette glaciale médaille, c’est qu’en hiver, les eaux sont extrêmement limpides. Bien plus qu’en été, où le plancton opacifie considérablement la visibilité sous-marine. Ils ont ainsi pu admirer, outre quelques poissons qui se trouvaient là, un moteur de voiture, des chaises métalliques, des canettes en tout genre et même une bouteille de champagne, malheureusement vide. " Des collègues ont dû passer avant nous !" s’est exclamé, hilare, l’un des plongeurs à sa remontée en surface.

Sans compter voir passer des bancs de poissons multicolores dignes des îles paradisiaques, les plongeurs espéraient malgré tout apercevoir les espèces qui vivent dans le lac : carpes, omble chevaliers, perches, lottes, anguilles ou écrevisses. Mais hier, elles étaient bien cachées. Même les sept nains et leur Blanche Neige, immergés par le club d’Aix-les-Bains il y a quelques années sur les différents sites de plongée, ne se sont pas laissés apercevoir. Qu’à cela ne tienne, ils y retourneront dans l’année.
Une impression de totale liberté.

Là, il s’agissait avant tout de retrouver les copains et de marquer le coup de l’An neuf. Car les membres des 12 clubs savoyards, affiliés au comité départemental, n’ont finalement que cette occasion pour se fréquenter et échanger leurs impressions. " La plongée, c’est cette magie de la liberté que nous avons en commun. La sensation délicieuse de flotter en apesanteur, de ne plus rien entendre hormis notre respiration et surtout, l’impression de laisser tous nos soucis de la vie quotidienne à la surface en s’évadant par le fond sont des moments très forts à vivre" témoignait hier Cécile Christol, membre du club de Chambéry. Pour elle comme pour Dominique Picard, le président du comité départemental, la plongée n’est pas plus dangereuse qu’autre chose. Il suffit de respecter les consignes de sécurité, soigner sa forme physique autant que son matériel et bien sûr, faire preuve d’humilité en n’outrepassant pas son niveau de formation. " Pour moi, le plus dangereux dans la plongée, c’est de venir ici en voiture !" s’esclaffait hier M. Picard. A l’issue de leur exploit subaquatique, les plongeurs ont été ravis de se réchauffer les mains, le gosier et l’esprit avec un bon vin chaud offert -c’était son tour !- par le club chambérien. Puis une fois tout le monde au sec dans des vêtements chauds, ils se sont retrouvés au gymnase Garibaldi pour engloutir des galettes bienvenues …

Muriel BERNARD

télécharger l'article au format PDF télécharger l'article au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable

Calendrier