Accueil > L’écosystème lacustre > Quelques éléments scientifiques pour comprendre > L’écosystème du lac du Bourget : présentation succincte

L’écosystème du lac du Bourget : présentation succincte

dimanche 31 décembre 2017, par administrateur.
Mis à jour le dimanche 31 décembre 2017

L’écosystème du lac du Bourget : présentation succincte.

Le lac du Bourget est classifié comme un système lentique : l’adjectif lentique désigne un biotope et les êtres vivants propres aux écosystèmes d’eaux calmes à renouvellement lent (lacs, marécages, étangs, mares, etc.), par opposition aux milieux d’eaux courantes qui correspondent aux écosystèmes lotiques. Synonyme de lentique : lénitique.

Il se compose de plusieurs systèmes schématisés ci-dessous.

Présentation schématique de l
Présentation schématique de l’écosystème du lac du Bourget

La zone Littorale qui est la la zone d’eau peu profonde, avec la lumière pénétrant jusqu’au fond de l’eau et soutient les plantes et animaux qui vivent enracinées sur le fond.

  • Le psammon : Le psammon regroupe les espèces animales et végétales suffisamment petites pour vivre dans l’eau des espaces interstitiels des sédiments ou des sables du lit des rivières, du fond des étangs ou des lacs, des plages et des fonds littoraux
  • La zone macrophyte : Macrophyte est un terme générique pour désigner toutes les plantes aquatiques visibles à l’œil nu. Que ce soit les phanérogames (plantes à fleur), des rhodophytes (algues rouges), chlorophytes (algues vertes), ou des phaeophytes (algues brunes).
  • Le périphyton est un mélange complexe d’algues, de cyanobactéries, de champignons et microbes hétérotrophes et de détritus. Il participe au phénomène de fouling (biofouling). Là où il est présent, il est une des bases des chaines alimentaires et réseaux trophiques subaquatiques, et conditionne notamment la richesse en invertébrés (et notamment en macroinvertébrés benthiques, dont en milieu lotique. Dans certains contextes, un périphyton biominéralisant et encroutant peut conduire à la production d’une roche dite biogénique (tuf calcaire).

La zone limnétique peut être définie comme celle des eaux illuminées dans une région où le fond d’un lac est trop profond pour soutenir les plantes aquatiques enracinées. Cette zone est occupée par une variété de phytoplancton qui se compose, principalement, d’algues et cyanobactéries, ainsi que du zooplancton composé de petits poissons et crustacés. Dans un lac, la plupart de la photosynthèse a lieu dans la partie limnétique. La zone limnétique est, en fait, l’eau superficielle libre qui est entouré par la zone littorale.

  • Le neuston définit l’ensemble des organismes dont la physiologie dépend directement de l’interface air-eau et, en particulier, du film de matière organique caractéristique de cette interface.
  • Le necton représente un ensemble relativement composite. Si ses représentants les plus typiques sont ce qu’on pourrait appeler des « nageurs permanents » en pleine eau, d’autres ne nagent qu’au voisinage immédiat du fond, ou encore partagent leur activité entre le fond et la pleine eau (en général en fonction de l’alternance des jours et des nuits, mais parfois aussi suivant les différentes étapes du cycle biologique) ; ces deux dernières catégories sont groupées sous le nom de nectobenthos, par opposition au necton vrai, représenté par les nageurs permanents.
  • Le benthos désigne l’ensemble des animaux benthiques, c’est-à-dire l’ensemble des animaux qui vivent posés ou fixés sur le fond des écosystèmes aquatiques.
Enregistrer au format PDF Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable

Calendrier

Les dates à venir