Accueil > Le coin biologie > La flore lacustre > La flore lacustre - L’élodée

La flore lacustre - L’élodée

lundi 21 septembre 2015, par administrateur.
Mis à jour le lundi 21 septembre 2015

Elodée

Elodée

Nom binominal Elodea

  • Règne : Plantae
  • Sous-règne : Tracheobionta
  • Division : Magnoliophyta
  • Classe : Liliopsida
  • Sous-classe : Alismatidae
  • Ordre : Hydrocharitales
  • Famille : Hydrocharitaceae
  • Genre : Elodea

Ce sont des plantes aquatiques flottantes complètement immergées, à l’exception des petites fleurs blanches qui éclosent à la surface de l’eau, reliées à la plante par un fin pédoncule. Les tiges grêles et longues de plusieurs mètres sont munies de feuilles verticillées par trois. Il s’agit de plantes dioïques [1], à sexes séparés. En Europe n’existent que des pieds femelles.

Elles produisent des bourgeons terminaux qui hivernent au fond de l’eau, mais elles peuvent aussi résister à la mauvaise saison et se comporter comme des plantes vivaces [2] dans les climats plus doux.

À l’automne, des fragments de tiges feuillées se détachent des plantes mères, et entraînés par le courant vont s’enraciner plus loin et font naître de nouveaux plants. La voie végétative est le mode de reproduction le plus important de ces plantes, la reproduction par graine ne jouant qu’un rôle mineur.

Les élodées sont un élément important des écosystèmes lacustres, fournissant un habitat à de nombreux invertébrés aquatiques et le couvert pour de jeunes poissons et autres amphibiens. La faune aquatique, particulièrement les canards, mais aussi les castors et les rats musqués en font leur nourriture.

Elles se sont largement naturalisées en Europe, en Afrique, en Asie, en Australasie.

Les sédiments limoneux et les eaux riches en éléments nutritifs favorisent la croissance des élodées dans les lacs fertiles. Toutefois, ces plantes sont capables de s’adapter à diverses conditions écologiques, des eaux profondes aux étangs peu profonds, et à différents types de sédiments. Elles peuvent même prospérer en flottant entre deux eaux, non enracinées…

Notes

[1La diécie (par opposition à monoécie) est l’arrangement des organes reproducteurs des plantes dioïques dont les individus sont strictement monosexués, ou monogames, c’est-à-dire que chaque pied ne porte que des fleurs soit mâles (staminées), soit femelles (pistillées).

[2Une plante vivace, ou plante pérenne, est une plante pouvant vivre plusieurs années. Elle subsiste l’hiver sous forme d’organes spécialisés souterrains protégés du froid et chargés en réserve (racines, bulbes, rhizomes).

Portfolio

L'élodée Elodea Elodea - Détail
Enregistrer au format PDF Format pdf
impression Impression
suivre la vie du site Syndiquer la rubrique
articles du meme auteur Du même auteur