Accueil > Le coin biologie > La flore lacustre > La flore lacustre - Le chanvre d’eau ou "patte de loup"

La flore lacustre - Le chanvre d’eau ou "patte de loup"

mercredi 1er novembre 2017, par administrateur.
Mis à jour le mercredi 1er novembre 2017

Lycopus europaeus
Lycopus europaeus

Le chanvre d’eau ou "patte de loup"

Nom binominal : Lycopus europaeus

  • Règne : Plantae
  • Sous-règne : Tracheobionta
  • Division : Magnoliophyta
  • Classe : Magnoliopsida
  • Sous-classe : Asteridae
  • Ordre : Lamiales
  • Famille : Lamiaceae
  • Genre : Lycopus

Description

Le Lycope d’Europe est une plante herbacée vivace, non aromatique, pouvant atteindre de 30 centimètre à un mètre de haut, voire 1,20 m, à souche rampante et à tiges dressées à section carrée, marquée d’un sillon sur chacune des faces. La plante est glabre ou légèrement pubescente. La plante est vivace par sa souche qui produit de nombreux stolons. C’est une hélophyte-hémicryptophyte (cf. Classification de Raunkier). [1] [2]

Les feuilles, généralement de couleur verte, opposées-décussées, ont un limbe de forme ovale-lancéolée à pointe aiguë et profondément denté, et même parfois divisé à la base pour les feuilles inférieures. Le pétiole est court, voire absent pour les feuilles supérieures.

Le Lycope d
Le Lycope d’Europe (Lycopus europaeus), appelé aussi « Chanvre d’eau » ou « Patte-de-loup »

Les fleurs petites (environ 4 mm) sont groupées à l’aisselle des feuilles en faux verticilles de forme globuleuse. Le calice denté, couvert de poils, comporte cinq divisions terminées en pointe. La corolle est formée de quatre lobes de couleur blanche ponctuée de rouge, formant un entonnoir terminé par deux lèvres, le lobe supérieur étant légèrement échancré. Les deux étamines fertiles dépassent la corolle, les deux étamines inférieures sont avortées. La floraison a lieu de juillet à septembre.

Les graines sont dispersées notamment par les oiseaux aquatiques.

Distribution et habitat

Cette espèce est commune dans les régions tempérées et circumboréales d’Europe, d’Asie et d’Afrique du Nord. Elle s’est naturalisée en Amérique du Nord.

C’est une espèce de plaine (jusqu’à 100 mètres d’altitude), hygrophile, qui affectionne les lieux humides, les bords des cours d’eau, les marécages, les fossés, etc. Elle est caractéristique de certaines formations comme les saulaies, peupleraies et les roselières. Elle prospère aussi bien en pleine lumière qu’en mi-ombre.

Le lycope (Lycopus europaeus, L. virginicus) est probablement la plante la plus efficace pour diminuer l’activité de la thyroïde. Les premières études scientifiques à son sujet dans le contexte de l’hyperthyroïdie datent des années 1950 et 1960 et furent réalisées par des chercheurs Allemands. [3] [4] [5] [6] [7]
Une étude [8] démontre l’efficacité du lycope dans la maladie de Basedow (aussi appelée Graves-Basedow), maladie autoimmune accompagnée d’hyperthyroïdie. Dans cette étude, les chercheurs expliquent que les composants du lycope soit se verrouillent directement sur les récepteurs de la TSH (empêchant donc le verrouillage des immunoglobulines G sur ces récepteurs), soit empêchent d’une autre manière les IgG de se verrouiller sur ces récepteurs.

Notes

[1Hémicryptophytes : bourgeons dormants à la surface du sol. À la « belle saison », un hémicryptophyte développe une touffe de pousses s’il est cespiteux, une rosette de feuilles, plus ou moins prostrées s’il est à rosettes, une tige érigée qui prend appui sur des supports variés s’il est grimpant (ex. la pâquerette est un hémicryptophyte à rosette).

[2Hélophytes : bourgeons dormants sous l’eau, feuilles émergées au moins en partie. Végétaux capables de prospérer en milieux humides et eaux douces.(bords de mer, estuaires, chotts, marais, rivière). (ex. phragmites, cariçaies, Typhas,spartine).

[3HILLER E, GIROD E. [Experimental studies on the effect of concentrates of Lycopus europaeus on thyroid gland with special reference to the histology of iodine metabolism]. Arzneimittelforschung. 1954 Jun ;4(6):380-8.

[4SCHACH H. Effects of Lycopus vulgaris on thyroid function. Munch Med Wochenschr. 1955 Jun 24 ;97(25):824-6.

[5HARTENSTEIN H, MUELLER WA. [Studies on the effect of Lycopus eruopaeus and Lithospermum officinale on thyroid gland metabolism in the rat]. Hippokrates. 1961 Apr 30 ;32:284-8.

[6SAMEC V. Effect of Lycopus extracts on thyroid metabolism and autonomic disorders. Wien Med Wochenschr. 1961 Aug 5 ;111:513-6.

[7Auf’mkolk M, Ingbar JC, Kubota K, Amir SM, Ingbar SH. Extracts and auto-oxidized constituents of certain plants inhibit the receptor-binding and the biological activity of Graves’ immunoglobulins. Endocrinology. 1985 May ;116(5):1687-93.

[8Auf’mkolk M, Ingbar JC, Kubota K, Amir SM, Ingbar SH. Extracts and auto-oxidized constituents of certain plants inhibit the receptor-binding and the biological activity of Graves’ immunoglobulins. Endocrinology. 1985 May ;116(5):1687-93.

Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable

Calendrier

Les dates à venir