Accueil > Le coin biologie > La flore lacustre > La flore lacustre - le Plantain d’eau commun

La flore lacustre - le Plantain d’eau commun

vendredi 25 septembre 2015, par administrateur.
Mis à jour le mercredi 7 octobre 2015

le Plantain d’eau commun

le Plantain d’eau commun

Nom binominal  : Alisma plantago-aquatica

  • Règne : Plantae
  • Sous-règne : Tracheobionta
  • Division : Magnoliophyta
  • Classe : Liliopsida
  • Sous-classe : Alismatidae
  • Ordre : Alismatales
  • Famille : Alismataceae
  • Genre : Alisma

Alisma plantago-aquatica, le Plantain d’eau commun, est une espèce de plante herbacée monocotylédone [1] de la famille des Alismataceae. C’est l’une des plantes nommées plantain d’eau.
C’est une grande plante de rive aux feuilles aériennes en forme en fer de lance et aux feuilles immergées rubannées. En été, de petites fleurs blanches à rosées, groupées en verticilles peu denses apparaissent. C’est une plante de sols riches, aimant les expositions ensoleillées. Quand elle se plaît, elle peut devenir envahissante en se ressemant.

Description de la plantule : - Cotylédons [2] linéaires et glabres.

  • Feuilles linéaires, sessiles.
    Description de la plante adulte : - Hauteur : 30-120 cm.
  • Tige : dressée et glabre ; rhizomes tubérisés [3].
  • Feuilles toutes basales avec un pétiole 3 à 5 fois aussi long que le limbe, à base dilatée spongieuse. Limbe de 10-12 x 3-6 cm, vert, ovale-allongé, quelquefois en forme de coeur à la base ou auriculé comportant 5 nervures bien visibles.
  • Inflorescence : panicule composée de 3-6 rameaux verticillés. Fleurs constituées de 3 pétales généralement blancs de plus de 4 mm, de sépales blanc-rosé ; stigmates de 0,7-1,4 mm.
  • Fruits : indéhiscents de 2-3 mm, péricarpe latéral épaissi, opaque.

Écologie Mares, bords des eaux, toute la France et Corse.
Répartition Tout l’hémisphère boréal ; Australie.
Floraison Mai-sept.

Notes

[1Parmi les angiospermes ou plantes à fleurs, les Monocotylédones comprennent des végétaux dont la plantule typique ne présente qu’un seul cotylédon sur l’embryon, qui évolue en donnant une préfeuille (ou eophylle).

[2Les cotylédons (scientifiquement nommés feuilles cotylédonaires) sont les feuilles primordiales constitutives de la graine. Le terme vient du grec, κοτυληδών, κοτυληδόνος , de κοτύλη qui désignait une mesure de capacité, c’est-à-dire une cavité, un creux, un contenant.
Les graines des plantes monocotylédones comportent un seul cotylédon (blé, maïs) ; celles des dicotylédones en comportent deux (haricot, pois, marronnier, chanvre) ; celles des conifères en comportent de dix à douze.

[3La tubérisation correspond à la transformation d’une ou plusieurs parties d’un végétal (racines, feuilles, tiges…) en organe de réserve (tubercule, rhizome, cormus, racine tubérisée) permettant ainsi la survie de la plante lors de la mauvaise saison.

Portfolio

le Plantain d'eau commun Alisma plantago-aquatica Alisma plantago-aquatica
télécharger l'article au format PDF télécharger l'article au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable

Calendrier