Accueil > Le coin biologie > Toutes les informations > La tortue Cistude réintègre progressivement le lac

La tortue Cistude réintègre progressivement le lac

dimanche 15 juin 2014, par administrateur.
Mis à jour le dimanche 20 septembre 2015

Article de l’Essor Savoyard du 14 février 2013
La cistude est une espèce de tortue originaire d’Europe centrale qui a quasiment disparu du lac du Bourget à cause de sa pêche massive depuis le XVIIIe siècle.

Souvent consommé en soupe par les anciens Aixois, ce reptile est désormais protégé par les associations de protection de la nature .

Aujourd’hui réintroduite dans le lac du Bourget par le conservatoire du patrimoine naturel de Savoie (CPNS), la cistude commence doucement à repeupler les eaux savoyardes. « C’est une espèce qui vit essentiellement dans les roselières et sur les bords peu profonds des étangs » explique Frédéric Biamino, chargé de communication au CPNS. Un problème s’est posé dans le lac, avec l’apparition de la tortue de Floride, plus vorace, qui s’est multipliée sur Aix-les-Bains depuis les années 1970.

Les 7 et 8 février, le palais des congrès accueillait les journées techniques de la Cistude dans le but d’informer les professionnels de l’environnement sur les risques qu’encourait le reptile ainsi que sur la manière de le réintroduire dans les milieux aquatiques de Savoie. « Nous avons la chance d’accueillir parmi nous le scientifique et spécialiste André Miquet, qui participe aux recherches sur la Cistude ». Ainsi ce sont près de 70 professionnels, venant de toute l’Europe, qui ont assisté à ces journées techniques. « Actuellement on dénombre une quarantaine de tortues adultes dans le lac du Bourget, ce qui pourrait suffire à la pérennité de l’espèce, mais le but est d’atteindre une centaine d’individus l’année prochaine ». Cependant, certains risques demeures quant à la survie de la Cistude sur le bassin aixois. « Le problème majeur c’est la route qui longe le lac, car certains individus, je pense surtout aux femelles, peuvent tenter de traverser la route pour se reproduire ailleurs. Mais nous mettons tout en place pour que les tortues restent dans les roselières » explique André Miquet.

Un recensement particulier

Il est possible aujourd’hui de suivre l’évolution de l’espèce uniquement an prélevant de l’eau du lac. « Cette technique consiste à prélever de l’eau à un endroit puis d’analyser l’ADN laissé par les reptiles. Cela nous aide à déterminer le nombre d’individus qui sont présents dans le lac » détaille Frédéric Biamino.

André Miquet insiste sur le fait qu’il ne faut pas relâcher les tortues d’aquarium dans les eaux du lac car ce sont bien souvent des tortues de Floride qui empêchent le développement des Cistudes. Bien souvent les individus vivent jusqu’à 60 ans à l’état sauvage, passé les cinq premières années de leur vie, les Cistudes ne sont plus des proies pour les oiseaux et peuvent ainsi vivre et se reproduire sans entraves. « Pour le moment, nous avons un petit enclos leur permettant de grandir sans être menacées, nous tenterons la réintroduction d’ici le mois de mai ». Il est fort déconseillé aux pêcheurs et aux populations de ramasser les reptiles sous peine de réduire à néant les efforts fournis par le CPNS, depuis 2005.
Avec ces informations et sa réintroduction progressive, la tortue Cistude devrait, de nouveau, couler des jours heureux dans le lac du Bourget.

JORIS BERMEJO

La tortue Cistude réintègre progressivement le lac
La cistude est une espèce de tortue originaire d’Europe centrale qui a quasiment disparu du lac du Bourget à cause de sa pêche massive depuis le XVIIIe siècle.

Enregistrer au format PDF Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable

Calendrier