Accueil > Toutes nos histoires > Le tombant de Chatillon

Le tombant de Chatillon

mardi 28 mai 2013, par administrateur.
Mis à jour le mercredi 19 juin 2013

Le tombant de Chatillon, point de ralliement des plongeurs de la région qui n’ont pas de bateau, lieu dont la réputation de dangerosité est renforcée par les nombreux incidents et accidents qui ont pu s’y produire mais, et c’est le point le plus intéressant, archétype des sites de plongées sur le lac du Bourget. Son tombant, sa profondeur, son eau froide que les plongeurs de mer décrivent comme glauque et sombre (savent pas ce qu’ils disent parfois ;-)), en font un des plus bels endroits que l’on puisse pratiquer en plongée lacustre.

Et aujourd’hui, c’est arrivé : il y a enfin des photos subaquatiques du site pour renforcer mes dires et étayer les descriptions que j’en ai déjà fait. Allez, c’est parti. Présentons d’abord les protagonistes de cette aventure que l’on peut qualifier pour le moins d’héroïque : Bubu, le photographe que vous ne verrez pas, ben oui, c’est lui qui tient l’appareil, Laurent, l’homme aux grimaces et moi-même. Avant chaque plongée, deux punitions : il faut porter le bloc jusqu’à la plage (et elle est loin !!!) puis nager au minimum juqu’à la pointe (et elle est loin aussi).Mais une fois le tête plongée sous l’eau, tout change, bienvenue dans le monde de la verticalté, le fond se dérobe et ce n’est qu’un univers noir qui nous attend, séquence frissons.

Quelques éléments viennent tout de même rompre le coté oppressant de ce début de plongée, lesquels me direz vous, cliquez et vous les découvrirez. Aparté, ce nain n’est pas celui du concours "MAIHOUKISSON".

La descente continue, le fond est dicernable, la paroi s’arréte et c’est une étendue de vase qui attend le plongeur qui s’écarterait du tombant. Le décor est planté, un monde minéral nous entoure, la roche concrétionnée, les grappes de moules accrochées aux parois s’offre à nos yeux, le pinceau de nos phares perce à grand peine les ténèbres qui nous enveloppent, une impression de solitude et l’illusion d’être au bout du monde me tourne dans la tête. Une lotte égarée montre que la vie se rencontre aux endroits les plus divers Le temps est venu de commencer notre remontée, de quitter cet endroit qui nous attire par son aspect sauvage, par ses roches déchiquetées, par ses immenses surplombs qui nous donnent l’impression de plonger en grotte, toute la magie de Chatillon en quelque sorte. Un autre type de plongée nous attend maintenant, une explosion de vie, des poissons de toutes sortes, un herbier d’une taille gigantesque nous invitent à passer nos paliers dans un état quasi contemplatif, quelques poteaux de cités lacustres nous rappelent que nous ne sommes pas les premiers à vivre et à avoir des activités en ce lieu.

Je tiens à remercier Bubu qui m’a fait passer ces photos sans rien me demander, c’est surprenant de la part d’un mauriennais ;-D.

Edouard ERNOULD

Enregistrer au format PDF Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable

Calendrier

Les dates à venir