Accueil > Le lac du Bourget > Les nouvelles du lac > Les failles du lac cartographiées

Les failles du lac cartographiées

dimanche 27 octobre 2013, par administrateur.
Mis à jour le dimanche 3 novembre 2013

Article tiré du Dauphiné Libéré du vendredi 25 octobre 2013 - page 2

Des scientifiques surveillent le fond du lac du Bourget pour évaluer les risques sismiques

Les failles du lac cartographiées

L’équipe de scientifiques au complet
L’équipe de scientifiques au complet qui étudie, depuis lundi, l’évolution des failles sismiques du lac du Bourget. Photo Le DUM.B

L’année 1822 a marqué la Chautagne. Un mouvement tectonique parti de la faille de Culoz, au nord du lac, crée une vague d’un mètre de haut. À terre, les dégâts matériels sont nombreux, des édifices s’écroulent. Avec le recul, les scientifiques estiment le tremblement de terre à une magnitude de 5,5.

Depuis, silence radio, si ce n’est de petites répliques tout juste mesurables aux instruments. Mais les spécialistes savent que les failles sismiques sont actives sous les eaux du lac. Celle de Culoz, mais aussi celle du col du Chat, au sud. Depuis 1991, des campagnes d’imagerie sont régulièrement réalisées par l’unité spécialisée de l’Institut des sciences de la terre de l’université de Savoie. Depuis lundi, des scientifiques sont de nouveau sur l’eau pour enrichir leurs données en la matière. « Il n’y a pas de risque majeur » rassure Christian Beck, professeur de l’équipe "failles". « Les mouvements tectoniques de ces failles sont de l’ordre d’un millimètre par an. Mais nous devons suivre leur évolution, car malgré tout, elles sont actives. Or, elles ne sont référencées nulle part. il est important qu’elles soient cartographiées pour être surveillées ». La faille du col du Chat, par exemple, se poursuit à 6 km de profondeur dans le lac. Cela signifie que la montagne possède une cassure dont les deux côtés se frottent et peuvent provoquer des séismes. « Notre étude est basée sur les mouvements des sédiments au fond du lac. S’ils bougent, c’est que la montagne bouge » décrit Camille de La Taille, doctorante de l’institut qui prépare une thèse sur les mouvements tectoniques des Alpes et du Jura. Les mouvements sont toutefois d’une telle lenteur que tout risque grave semble écarté. Mais avec la nature, on ne sait jamais…

Muriel BERNARD

L’équipe de scientifiques au complet qui étudie, depuis lundi, l’évolution des failles sismiques du lac du Bourget. Photo Le DUMB

Enregistrer au format PDF Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable

Calendrier