Accueil > Le lac du Bourget > Plongées du lac du Bourget > Les plongées - La pointe de l’ardre

Les plongées - La pointe de l’ardre

dimanche 19 mai 2013, par administrateur

 Coordonnées de la pointe de l’Ardre

latitude="45°43’14.90"N"
longitude="5°52’45.57"E"

 Courbes de niveaux

Courbes bathymètriques - Site de la pointe de l
Courbes bathymètriques - Site de la pointe de l’Ardre

 Profil et description du site.

 Une plongée à la pointe de l’Ardre

Ndlr : Cette histoire de plongée n’avait jamais été reliée à un site précis dans la crainte que des plongées multiples n’endommagent cette relique du passé.

Un vendredi après-midi libre comme tant d’autres vendredis depuis le jour béni de l’invention des RTT, un temps pourri, direction le club où j’ai rendez-vous avec Mr JFP pour faire une petite plongée le long de la route. Surprise nous ne sommes pas seuls, Mr PF et sa fille sont déjà là et participent aux travaux qui sont réalisés dans les locaux du club. Le temps de commettre un exploit, peindre un radiateur avec du lasure bleu pour qu’il ressemble au lambris environnant (si d’aventure vous passez au club, vous pourrez admirer le seul radiateur en bois au monde) et le Pierre nous présente une idée dont-il a le secret.

Je vous emmène en bateau, je fais la sécurité surface et vous allez plonger sur la pirogue.

La pirogue, Kesako ? C’est là que l’on apprend que Pierre a, dans ses jeunes années (le père Cousteau, y devait même pas être né ;-D ) fait beaucoup d’archéologie et que, parmi toutes ses découvertes, il y a une pirogue dûment enregistrée et datée de 1000 av JC.

Je connais bien les amers, vous sautez à l’eau, une descente à trente mètres et vous tombez dessus.

Parfaitement briefés, nous arrivons pile sur cette embarcation dans un état de conservation correct et parfaitement reconnaissable, uniquement cassée au niveau de l’avant. C’est sûr que c’est un but de plongée peu ordinaire, un gars se servait de ce bateau il y a mille ans en arrière, mais une épave de cinquante centimètres de large sur quatre mètres de long, c’est assez vite exploré ! Au bout de cinq minutes la remontée est entamée, le retour vers le présent aussi.

La pointe de l'Ardre

 Une pirogue carolingienne de 1200 ans a été extraite du lac du Bourget

Anja Unger, L’avion du lac
Dans son film "L’avion du lac", la réalisatrice allemande Anja Unger raconte l’histoire de deux aviateurs nazis tombés dans le lac du Bourget et sauvés par les pêcheurs locaux.

Par Nelly Assénat, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu mercredi 28 juin 2017 à 19:31

Une pirogue carolingienne d’au moins sept mètres de long et un de large a été extirpée de l’eau mercredi 28 juin au matin à Aix-les-Bains (Savoie). L’embarcation a ensuite été acheminée vers Grenoble, où elle sera conservée, avant de rejoindre le Musée Savoisien de Chambéry.

Les archéologues estiment que cette pirogue a été construite il y a 1200 ans, sous Charlemagne, autour de l’an 800. La barque était immergée à la pointe de l’Ardre à Brison-Saint-Innocent.
Elle gisait à 32 mètres de profondeur

Cela fait 28 ans que l’on connaît l’emplacement de la pirogue carolingienne qui gisait à 32 mètres de profondeur. Les équipes du DRASSM, le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines, s’activent pour sortir l’embarcation depuis une quinzaine de jours.

L’opération a été très délicate : après avoir passé plus de 1 200 ans dans les eaux du lac du Bourget, le bois peut être très fragile. Il a donc fallu utiliser un coffre pour sortir la barque de l’eau. Le coffre a été ramené à la surface par de gros ballons d’air.

Après plus de trois quarts d’heure de travail, la pirogue est enfin posée sur la camion qui conduira l’ancien navire vers Grenoble, où il sera traité pour être conservé dans de bonnes conditions au laboratoire ARC-Nucléart. Le laboratoire est chargé de nettoyer l’objet historique, ce qui devrait durer un an et demi.

La barque sera ensuite intégrée au Musée Savoisien de Chambéry, à l’occasion de sa réouverture, prévue fin 2019. Cette pièce de la période carolingienne sera la grande nouveauté du musée, ainsi qu’un des rares témoignages savoyards de l’époque de Charlemagne.

Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable

Calendrier

Les dates à venir