Accueil > Le coin biologie > Les poissons du lac > Les poissons - Définitions Arbre de classification des carnassiers

Les poissons - Définitions Arbre de classification des carnassiers

dimanche 25 janvier 2015, par administrateur.
Mis à jour le mercredi 4 novembre 2015

Règne : Animalia

Un animal (du latin « animus » : principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire qu’il se nourrit de substances organiques. On réserve aujourd’hui le terme « animal » à des êtres complexes et multicellulaires, bien qu’on ait longtemps considéré les protozoaires comme des animaux unicellulaires. Comme tous les êtres vivants, les animaux ont des semblables avec qui ils forment un groupe homogène, appelé espèce. Platon propose cette définition du mot dans l’Épinomis3 : « ce qui résulte de l’assemblage et de l’union d’une âme et d’un corps sous une même forme ».
Dans les classifications scientifiques modernes, le taxon des animaux se nomme Animalia1,2 (création originale de Linné en 1758, eu égard au code de l’ICZN) ou encore Metazoa (synonyme junior créé par Haeckel en 1874). Quel que soit le terme employé ou quelle que soit la classification retenue (évolutionniste ou cladiste), les animaux sont consensuellement décrits comme des organismes eucaryotes pluricellulaires généralement mobiles et hétérotrophes.

Embranchement : Chordata

Les chordés ou cordés (Chordata) sont un embranchement d’animaux bilatériens deutérostomiens. Trois sous-embranchements sont réunis dans ce groupe : les Céphalocordés, les Urocordés (tuniciers) et les Crâniés (myxines et vertébrés), ces deux derniers étant parfois réunis sous le taxon Olfactores.

Sous Embranchement : Vertebrata

La caractéristique la plus intuitive des vertébrés est qu’ils possèdent un squelette osseux ou cartilagineux interne, qui comporte en particulier une colonne vertébrale, composée de vertèbres qui protègent la partie troncale du système nerveux central.

Super classe : Osteichthyes

Vertébrés poïkilothermes, les Osteichthyes sont gonochoriques. Ils se caractérisent par un endosquelette osseux et un épiderme en écailles osseuses. Leurs os endochondral et lépidotriches sont sur leurs nageoires. Ils possèdent des mâchoires composées d’os gingivaux : dentaire, prémaxillaire, et maxillaire. Les dents sont fermement implantées sur les os gingivaux.
Leurs fentes branchiales sont recouvertes par un opercule et des arcs branchiaux articulés sur une même pièce osseuse.
Ils possèdent une vessie gazeuse qui modifie la densité de leurs corps. Cela permet de pouvoir naviguer dans les hauteurs d’eau plus facilement.

Classes : Actinopterygii

Les actinoptérygiens sont les poissons à nageoires rayonnées. Groupe le plus diversifié des vertébrés, les actinoptérygiens sont aussi bien dulçaquicoles que marins.
Les actinoptérygiens composent avec les sarcoptérygiens ("poissons" à nageoires charnues comportant notamment les vertébrés terrestres) le groupe des ostéichthyens.

Sous classe : Neopterygii

Les Néoptérygiens forment un groupe de poissons qui regroupe deux sous-groupes, les Holostei (Poisson-castor et Lepisosteidae) d’une part, et l’important sous-groupe des Téléostéens d’autre part. Il regroupe donc la quasi totalité des poissons et la moitié des Vertébrés. Contrairement aux Chondrostéens (les esturgeons par exemple) qui ont une bouche sur la face inférieure, la bouche est dans la longueur du corps de l’animal. Leurs caractères les plus marquants sont :
un nombre égal d’os dermiques et de supports des rayons de la nageoire dorsale (ptérigiophores).
un os particulier, le symplectique qui intervient dans l’articulation de la mâchoire.

Infra-classe : Teleostei

Les téléostéens (Teleostei) forment l’une des trois infra-classes de la classe Actinopterygii, les poissons à nageoires rayonnée. Les téléostéens regroupent l’écrasante majorité des espèces de poissons actuels, puisqu’ils représentent 99,8 % des espèces de « poissons », et près de la moitié des espèces de vertébrés. On en connaît environ 23 600 espèces appartenant à peu près à 40 ordres.
Leur particularité visible la plus marquante est qu’ils capturent leurs proies en les aspirant : une dépression se crée dans la bouche, ce qui attire la proie. En plus de l’os maxillaire, l’os prémaxillaire est, lui aussi, mobile.
La nageoire caudale a une symétrie apparente (homocerque) ; apparente car la colonne vertébrale se termine dans le lobe supérieur. La torsion de l’axe caudal se fait au niveau de la vertèbre préurale.

Super-Ordre : Acanthopterygii

Les acanthoptérygiens sont un groupe de poissons Téléostéens ; les plus évolués des Téléostéens. Certains rayons des nageoires rigides (en principe au moins) ; nageoires pelviennes déplacées vers l’avant, même quand elles ne sont pas encore strictement en position thoracique ou jugulaire. Jamais de canal pneumatique fonctionnel. Apparition des écailles cténoïdes. Eaux douce, saumâtre, salée.

ordre : Esociformes

Maxillaire édentée mais présence de dent su l’ouverture du bec ; pas de nageoire adipeuse ; nageoires dorsale et anale situées en arrière ; Pas d’organe de reproduction ; pas de caecum pylorique ; pas de mesocoracoid.

Ordre : Perciformes

Les Perciformes sont apparus et se sont diversifiés lors du Crétacé supérieur. Ils possèdent généralement des nageoires dorsale et anale divisées en une partie antérieure d’épines molles et postérieure en rayons, qui peuvent être partiellement ou totalement séparés. Ils ont généralement des nageoires pelviennes dotées d’une épine, placée soit sur la gorge, soit sous le ventre. Les écailles sont généralement de forme cténoïde, même si parfois elles sont cycloïdes ou autres.

Sous-ordre : Percoidei

Ce sous-ordre est désormais considéré comme invalide car paraphylétique par World Register of Marine Species. Il demeure cependant parfois utilisé par les ichtyologues car il propose une sous-catégorisation utile à l’ordre désespérément vaste des Perciformes.

Familles :

Enregistrer au format PDF Format pdf
impression Impression
suivre la vie du site Syndiquer la rubrique
articles du meme auteur Du même auteur

Calendrier