Accueil > Le coin biologie > Les poissons du lac > Les poissons - Le lavaret

Les poissons - Le lavaret

lundi 20 mai 2013, par administrateur.
Mis à jour le samedi 15 novembre 2014

Classification et description

Classification

Le corégone blanc
Le corégone blanc (Coregonus albula)
  • Règne Animalia
  • Embranchement Chordata
  • Sous-embr. Vertebrata
  • Super-classe Osteichthyes
  • Classe Actinopterygii
  • Sous-classe Neopterygii
  • Infra-classe Teleostei
  • Super-ordre Protacanthopterygii
  • Ordre Salmoniformes
  • Famille Salmonidae
  • Sous-famille Coregoninae
  • Genre Coregonus

Nom binominal

Coregonus lavaretus
(Linnaeus, 1758)

Autres noms

Le corégone blanc est appelé palée dans les lacs suisses. En France, il est presque limité à la région Rhône-Alpes, dans les grands lacs alpins. On le nomme lavaret au lac du Bourget et dans les lacs subalpins plus petits (Lac d’Aiguebelette, lac de Nantua, Lac de Paladru, lac de Laffrey, lac d’Issarlès, etc.) et en Franche-Comté (lacs du Jura) ; corégone au lac de Serre-Ponçon, ou encore féra au lac Léman, au lac de Joux et au lac d’Annecy. Il est à noter toutefois que ce terme de féra, pour le lac Léman du moins, reste ambigu : il était autrefois utilisé pour Coregonus fera, ou féra du Léman, espèce aujourd’hui éteinte.

Description

Généralement, la forme du corps et de la tête des corégones varie considérablement. Ces espèces ont posé un problème aux taxonomistes pendant de longues années, ceux-ci essayant de les classifier en espèces, sous-espèces et même races. Le moyen d’identification probablement le plus souvent utilisé consiste à compter les branchiospines sur le premier arc brachial. Selon des études menées récemment à l’aide d’une nouvelle technique, il n’existe pas de raison scientifique pour diviser le corégone lavaret en différentes espèces. Les caractéristiques communes aux corégones sont un corps aérodynamique, une nageoire adipeuse caractéristique de la famille des saumons, ainsi qu’une mâchoire supérieure légèrement protubérante. La partie du museau située au-dessus de la bouche est fuselée, caractéristique distinctive du corégone lavaret des proches corégone blanc et corégone peled. Chez le corégone blanc, c’est la mâchoire inférieure qui est saillante, tandis que chez le corégone peled, les mâchoires sont de même longueur. Moins caractéristiques en termes d’aspect, certains corégones nains sont présents dans les lacs de Laponie. Ils dépassent rarement les 20 cm de longueur et peuvent être confondus avec des corégones blancs. Leur tête et leurs yeux sont d’une taille disproportionnée et diffèrent des autres corégones par leur coloration. Les corégones qui se nourrissent de plancton présents dans les principaux cours d’eau du sud de la Finlande, ainsi que les populations migratoires qui se nourrissent en mer et remontent les rivières pour frayer grandissent beaucoup plus vite et se distinguent des corégones blancs par leur taille.
Dos foncé vert bleuâtre ou marron, flancs argentés et ventre blanc. Nageoires gris foncé. Les populations naines des lacs de Laponie peuvent être surtout marron.

Reproduction

Fraye en automne entre septembre et novembre, selon la température de l’eau. Différentes populations de corégones présentes dans les mêmes eaux peuvent frayer à des périodes différentes. Les populations de corégones tant de lac que de rivière peuvent remonter les fleuves pour frayer, tandis que d’autres restent en mer ou dans les lacs pour frayer.

Alimentation

Les différentes populations se nourrissent différemment, mais les principaux aliments consommés sont les invertébrés benthiques ou le plancton, les plus gros poissons se nourrissant d’insectes de surface et de petits alevins.

Répartition

Présent dans les eaux douces partout en Finlande, ainsi que dans toutes les zones marines. Préfère généralement les eaux fraîches, propres et bien oxygénées.

Autres infos

Placez votre texte ici

Photos

corégone blanc (Coregonus albula)
En période de frai (octobre à décembre), les corégones se rapprochent des rives pour se reproduire. Les femelles pondent 12 000 à 19 000 œufs par kilogramme de leur poids, sur des frayères au fond de sable ou de graviers. L’eau doit être à 5 °C.
Enregistrer au format PDF Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable

Calendrier