Accueil > Toutes nos histoires > Ma plongée de dimanche

Ma plongée de dimanche

dimanche 26 mai 2013, par administrateur.
Mis à jour le dimanche 26 mai 2013

Parfois les plongées ne se passent pas comme on le voudrait. Les conditions favorables ont beau être réunies, une négligence, une maladresse, et l’on se retrouve comme un débutant à bégayer sous l’eau.
Récit d’une plongée catastrophe qui se terminent bien.
Dimanche 30 janvier 2011, comme Marie prévoit de plonger pour essayer sa combi étanche, je décide de l’accompagner dans ce projet et me présente au club à l’heure dite. Le temps est beau mais froid. Un timide soleil traverse les brumes matinales. Des vapeurs légères et blanches couvrent les eaux du lac. Sur le bateau les plongeurs parlent peu. Le froid les gagne. Arrivés sur le site ils se préparent. Avec une certaine appréhension, je me mets à l’eau et surprise : ce n’est pas si terrible ! Pas de sensation désagréable, pas d’eau qui pénètre dans la combinaison comme d’habitude. J’arrive à l’étape d’immersion : Jeff descend déjà, je reste bloquée à 40cm sous l’eau. Dans mon désir de le rejoindre coûte que coûte, pour ne pas me couvrir de honte, contre toute logique je tente un canard et de mes bras déchire l’eau pour enfin descendre. Ce qui devait arriver dans cette situation absurde arrive et l’air de ma combinaison gagne mes palmes puis mes pieds, expulse mes pieds de mes chaussons et palmes : les palmes pendent au bout de mes pieds comme des oiseaux sans vie, j’agite mes jambes et une affreuse sensation m’envahit. C’est comme si j’étais dans le vide, pantin désarticulé incapable de se mouvoir selon ma volonté. De plus je bascule en avant et roule tête par-dessus pieds : désordre total, je ne sais pas où je suis. Le haut se confond avec le bas. Heureusement que Jef veille et me fait une assistance efficace. Épuisée, je me laisse remonter à la surface dans un flou très doux, me reposant sur lui. Le ciel apparait, je respire. Après quelques mots échangés, nous redescendons. Jef m’agrippe et avec lui je gagne les profondeurs. Heureusement la plongée se passe bien par la suite. Je me rattrape tant bien que mal. Point positif : je n’ai pas pris l’eau. Depuis un an c’est bien la première fois que je suis au sec. Victoire !!
Par bonheur il y a d’autres plongées sans soucis. Je ne fais pas toujours que des bêtises.

Martine

Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable

Calendrier

Les dates à venir