Accueil > Toutes nos histoires > Stage Nitrox, il y a très longtemps

Stage Nitrox, il y a très longtemps

jeudi 20 juin 2013, par administrateur.
Mis à jour le jeudi 20 juin 2013

Stage nitrox interdépartemental du 14 et 15 avril 2001.

C’est décidé, l’avenir de la plongée sera « taiqueux » ou ne sera pas. En avant donc pour la consommation de gaz exotiques aux effets pas toujours très définis. Ca tombe bien, un stage « plongeur nitrox » est organisé par les CTD 73 & 74 et aura lieu chez nos confrères de la Haute Savoie, dans le lac d’Annecy pour être plus précis. Rendez vous le 14 au matin (et le matin était tôt ce jour là, se réveiller à 6 h du mat un week-end prolongé pour aller barboter dans de l’eau à huit degrés faut bien être franc marteau, enfin passons), à Talloires, petite bourgade de la rive est du lac d’Annecy (ça, c’est pour ceux qui ne connaissent pas). Point de rencontre, les locaux de Profil Plongée où, je tiens à le souligner, nous avons été très bien accueillis tout au long de ce stage, merci Noël. Nous nous retrouvons très vite à une quinzaine de plongeurs de tous horizons, Léman, Annecy, Bourget, Modane (eh oui, même en montagne ça plonge), et deux autres membres du CPALB (salut Fred, salut Marie)

Une petite partie théorique, comment reconnaître les matériels Nitrox. Un moyen mnémotechnique, le perroquet, vert pour la menthe et jaune pour le pastis, le nitrox c’est pareil. Explication de la profondeur limite et autres, pendant ce temps on se pèle, il faut dire que le cours est en extérieur et qu’il n’est pas loin de geler et le soleil se lève à peine. Analyse des gaz, ben c’est riche, 33 % d’oxy, calcul rapide, la PPO2 à ….heu, la profondeur est de ….ben on va bien écouter le moniteur, on se limite à vingt mètres comme ça pas de soucis, on fait le contrôle de la stabilité, on devrait quant même bien y arriver. On se met à l’eau le long d’un petit tombant, ça pour sûr il y a de la brouillasse, si je tends la main on ne la voit presque plus. Une grosse écrevisse se ballade, on l’admire, on n’a que ça à faire, un petit palier de sécurité et on sort de l’eau, y’a du soleil, c’est le bonheur. Tout le monde retourne au club pour aller casser une petite graine dans une colonie de vacances voisine, la vue sur le lac est terrible. Les moutons dans le champ d’à coté ont des taches vertes, eux aussi ont respiré du nitrox ?

Un cours théorique suit cet intermède nutritif, les tables de décompression de la FFESS machin. En deux mots comme en cent c’est les mêmes mais c’est pas pareil enfin on s’y fera. Deuxième plongée, test de consommation, un problème, pour consommer, faut faire des efforts et ça, ce n’est vraiment pas mon truc, palmer quelle horreur ! !. La punition se termine, je me classe dans les mauvais, c’est normal, une bouteille de plongée, c’est comme toutes les autres bouteilles, quand on en a une pleine, il faut bien la vider enfin c’est ma philosophie. Un petit apéro, retour à la maison et au dodo.

Dimanche matin, j’ouvre les volets, enfin j’ai pas de volets, je regarde par le velux et là catastrophe, un temps de m…. , de la pluie, du vent et un froid, je ne vous dis que ça. Arrivée à Talloires, cours théorique sur le matos et la fabrication des mélanges, on nous montre des photos d’accident dans une station de gonflage, impressionnant. Apparemment faut pas faire n’importe quoi.

Troisième plongée, les changements de mélanges dans les procédures de décompression, ça se passe bien mais la visibilité est encore moins bonne, le lac d’Annecy ne se présente pas vraiment sous le meilleur jour, la seule chose qui me fera revenir à Annecy, c’est le France, la plus belle épave en eaux douces que l’on puisse voir dans le coin. Sur le retour panne d’essence, deux volontaires sortent les rames, qu’est ce qu’on se marre (surtout quand on regarde !). Un bon repas chaud va nous revigorer, par contre pour le panorama c’est rideau, on ne voit plus que brumes et nuages. Dernière plongée, on va utiliser des dévidoirs, il est dit que l’on sera Tech jusqu’au bout des ongles, essais, on ne s’emmêle pas dedans et encore mieux, on arrive même à les ré-enrouler correctement c’est le top.

Une dernière petite étape, l’examen final où tout le monde est reçu (comme à l’école des fans). Ouvrez le ban, les récipiendaires sortez des rangs. Au nom de la FFESSM et en vertu des pouvoirs qui me sont conférés je vous élève au grade de plongeur Nitrox. Fermez le ban. Un bon coup de blanc, un cake au lard et au olives, un dernier adieu à tous les participants et peut-être à plus, au stage Nitrox confirmé.

PS : La fédération vient de m’envoyer la carte assortie au stage, un hic, je viens d’être rétrogradé au niveau 1 sans précision Nitrox, sont pas encore très tech à Marseille.

PS2 : j’ai ma nouvelle carte entièrement façonnée à la main dans nos ateliers.

Edouard ERNOULD

télécharger l'article au format PDF télécharger l'article au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable

Calendrier