Accueil > Le lac du Bourget > Les nouvelles du lac > Suivi scientifique du lac du bourget annee 2015

Suivi scientifique du lac du bourget annee 2015

dimanche 8 octobre 2017, par administrateur.
Mis à jour le dimanche 8 octobre 2017

2015 a été une année remarquable sur bien des aspects.
Bien que l’hiver 2015 ait été relativement chaud, une homogénisation brève mais complète de la colonne d’eau a eu lieu au mois de mars. Les concentrations hivernales en orthophosphates et phosphore total [1] n’ont jamais été aussi basses qu’en 2015, atteignant des concentrations record de 6 et 10 µgP/L, la valeur seuil limite entre mésotrophie [2] et oligotrophie [3]. Pourtant les apports en phosphore total des deux tributaires majoritaires (>90% de l’eau transitée au lac), la Leysse et le Sierroz, mesurés en 2015 (plus de 60 tonnes) ont été particulièrement élevés en 2015, atteignant des concentrations jamais enregistrées depuis la fin des années 1990 début 2000.

Conclusion rapide de cette enquête
Le lac du Bourget bascule doucement mais surement dans la catégorie des lacs oligotrophes. Son statut écologique pélagique est plus que jamais oligo-mésotrophe. La composition phytoplanctonique et la structure en taille de ce dernier révèlent toutefois que tout n’est pas encore parfait, comme les apports au lac en phosphore total qui restent élevés, constituant une possible bombe à retardement (via le relargage par les sédiments)

Le dossier complet en pièce jointe.

Notes

[1En ce qui intéresse la pollution de l’eau, on en distingue 2 formes :

  • Le phosphore organique, résidu de matière vivante.
  • Le phosphore minéral, essentiellement constitués de phosphates (PO4), qui représentent 50 à 90% de la totalité du phosphore dans les eaux usées urbaines. De plus, ils constituent, au même titre que les nitrates, un agent fertilisant.
    La réglementation, en ce qui concerne le phosphore, ne tient compte que d’un seul paramètre, le phosphore total (PT).

PT = Porganique + Pminéral Le rejet de matières phosphorées est d’environ 4 grammes par habitant et par jour. La quantité de PT s’exprime en mg/l (milligrammes par litre).

[2Etat intermédiaire entre l’oligotrophie et l’eutrophie, avec une productivité biologique de valeur moyenne

[3L’oligotrophisation désigne le processus d’appauvrissement progressif d’un milieu en éléments nutritifs

Documents joints

Enregistrer au format PDF Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable

Calendrier

Les dates à venir