Accueil > Toutes nos histoires > Une plongée complétement givrée

Une plongée complétement givrée

dimanche 26 mai 2013, par administrateur.
Mis à jour le dimanche 26 mai 2013

Le pays est actuellement traversé par une vague de froid qui nous rappelle vaguement l’hiver. Et dire qu’ y en a qui pensent que la planète se réchauffe. Ben y z’avaient qu’à venir avec nous samedi après-midi, sur le lac avec le petit bizollet du nord en prime.

Bonnet, Chapka et étanche OBLIGATOIRE cet après-midi (-10° affiché) et l’indispensable thermos de thé amélioré pour la sortie de l’eau.

Nous étions entrain de nous équiper lorsque Jeff nous rejoint, dans un premier temps il nous insulte car plonger par ce froid, c’est indécent et contraire à sa religion et dans un deuxième temps il se propose de nous faire la sécurité surface avec Audrey estimant que 2 rotations seraient pur folie. Dès fois je me dit que ce garçon est plein de bon sens, nous avons accueilli sa proposition avec grand plaisir. Merci Jeff pour ton dévouement et ton abnégation. Un jour quelqu’un te le rendra, je ne sais pas qui, mais quelqu’un c’est sur !

Donc nous voilà tous prêts, enfin presque car il a fallu d’abord démarrer le moteur. Tu parles avec un froid pareil, le circuit de refroidissement (si si vous avez bien lu) était gelé. Grâce à une intervention mécanique de précision de la part de Ed, le moteur a abdiqué et a bien voulu démarrer. Ensuite il a bien fallu casser la glace pour sortir le bateau. Ca sert à ça une planche de sauvetage. Tout un programme ! Ca y est, enfin GAZ !. Enfin presque, car les commandes sont gelées elles aussi ! Jeff, s’est transformé en capitaine Popov à la barre du Carolina qui d’un seul coup est rebaptisé "Le LENINE" du nom du fameux brise glace de l’ère soviétique qui traça la route à bon nombre de cargo dans le détroit de Béring. Toute une époque ! L’avantage, c’est que maintenant, la coque est nickel chrome. C’est Jean-Luc et Georges qui vont être content ! ;-)))

Les icebergs laissés sur tribord, nous voilà sur le lac, notre Lac, si beau, si pur, mais on a beau l’aimer, on se les pèle vraiment aujourd’hui, car un petit bizollet du Nord et un petit clapot qui va bien viennent nous rappeler…..que nous sommes en hiver. Qu’à c’la n’tienne, avanti sur Grand Cale a dit Popov, là bas au moins nous serons protégés. Protégés oui, mais de quoi ? Pas de la température en tout cas. Popov, en bon guide Sibérien, décide de ne pas couper le moteur et de rester à faire des ronds dans l’eau pendant notre plongée. En fait, il fait si froid qu’il a peur de ne pas pouvoir redémarrer si le moteur s’arrête.

Audrey nous aide à nous équiper car le pont et les bancs du LENINE sont recouverts d’une épaisse couche de neige et de glace. Difficile de tenir debout avec tout ce b…..sur le dos et les palmes aux pieds.

Notre DP du jour, Didier nous met en garde : "Attention à ne pas faire fuser les détendeurs en surface, gare au givrage !!". Tout va bien, sauf nos DS qui sont complètement givrés et que nous n’arriverons à brancher qu’une fois dans l’eau. Eh oui ! Car elle est chaude la bougresse, imaginez une différence de température de 16° environ (-10° à l’extérieur et +6° dans l’eau). Un pur bonheur !!!!

Une fois immergés, nous sommes surpris par la clarté sauf sous un surplomb ou deux palmeurs plongeurs se sont oubliés. Bref même pas la queue d’une lotte ou d’une perche, tu parles, elles sont restées au chaud, elles !

Retour en surface au bout de 35mn. Et là, ça commence. Forcément, tu ressors mouillé ! Et puis tu es exposé au petit bizollet décrit plus haut. Résultat, tu givres sur place ! Les combinaisons ressemblent à du carton et il est difficile de plier les articulations des coudes ou des genoux. Un peu la même sensation lorsque l’étanche est comprimée lors de la descente et que l’on tarde à injecter du gaz.

Jeff soucieux de notre bien être, avance doucement, mais certains ayant une prostate délicate demande un retour plus rapide. Don’t act ! Gaz !!!!!…..
De retour au club, un bon vin chaud mérité nous attend préparé aux petits oignons par Claude.

Le lendemain, j’étais DP. J’ai dû faire quelque chose de mal dans une vie antérieure pour mériter ça ! Non ? Eh ben si, il y a avait quand même 3 givrés au RDV à 9h00. Le LENINE étant paralysé définitivement par les glaces de la Volga, nous décidons d’une mise à l’eau à Pierre à Bise. Il fait -15° affiché. La mise à l’eau s’effectue par saut droit, si si ! Comme il est impossible de remonter par les marches, direction Plage de Challières. Je fais la sécu surface le long de la route au chaud dans la voiture.

Malgré des températures très basses, nous avons pu plonger, cela nous a enrichi d’une nouvelle expérience. Le froid nous impose une toute autre rigueur dans la préparation du matériel, la sécurité surface, mais aussi dans l’équipement individuel. Comme d’habitude, le froid n’a pas altéré la bonne humeur qui règne lors de nos plongées. Et qui a dit ? "Le froid n’est qu’une vue de l’esprit !"

Un jour un plongeur préparant son MF1 m’avait parlé du froid de confort pendant un cours, mais ceci est une autre histoire.
Grd Fred

Enregistrer au format PDF Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable

Calendrier