Accueil > De tout un peu, plongée ou pas > Vidéos et images > Vidéo du lac du Bourget - Publicité AKOYA

Vidéo du lac du Bourget - Publicité AKOYA

dimanche 31 août 2014, par administrateur.
Mis à jour le dimanche 27 mars 2016

Rien à voir avec la plongée mais la vidéo montre quelques magnifiques images du lac du Bourget.

Article issu de Wikipédia : l’Akoya

Constructeur aéronautique : LISA Airplanes
Type : Avion léger (LSA)
Premier vol : 2007
Nombre construit :21 (sept. 2012)
Motorisation : Moteur Rotax 912 ULS de 100 ch

Dimensions  :

  • Envergure :11 m
  • Hauteur : 2,35 m
  • Surface alaire : 6,7 m2
  • Nombre de places : 2
  • Réservoirs 70 l
  • Masse à vide : 300 kg
  • Masse maximum :550 kg

Performances  :

  • Vitesse de croisière : 210 km/h
  • Vitesse maximale (VNE) :290 km/h
  • Vitesse de décrochage : 64 km/h
  • Vitesse ascensionnelle : 5,2 m/s
  • Distance franchissable : 1 650 km
  • Autonomie : 6 h

L
L’Akoya
L’Akoya au salon d’Oshkosh en 2012. (Image Wikipédia)

L’Akoya est un hydravion léger français monomoteur biplace côte-à-côte, doté d’hydrofoils pour décoller et se poser sur l’eau. Amphibie, il est capable d’atterrir sur terre, eau ou neige sans modifications, et possède des ailes à fort allongement, pliables, ainsi qu’une configuration moteur en pylône sur la dérive.

L’Akoya (nom d’une perle précieuse) est un avion léger innovant capable d’évoluer sur terre, mer et neige sans adaptation. Il possède d’autres particularités inhabituelles : il est équipé d’hydrofoils pour l’évolution sur l’eau, et son aile se replie pour le transport. Il est entièrement construit en fibres de carbone.

La dérive et la gouverne de direction forment ensemble une surface trapézoïdale qui porte en son sommet la nacelle moteur et l’empennage. Comme l’aile, l’empennage a un allongement important. Le moteur est un Rotax 912 de 100 ch, entraînant une hélice tripale tractive4.

Le fuselage de l’Akoya est ovoïde, pointu à l’avant, et intègre dans sa forme la verrière du cockpit, actionnée électriquement. Le train d’atterrissage est un train classique rétractable, à freins hydrauliques, lui aussi mû par un actionneur électrique.

Les évolutions sur l’eau, sans flotteurs ni redan, sont possibles grâce à une paire d’hydrofoils fixes, placés au niveau du train principal. D’après son constructeur, l’Akoya peut aussi atterrir sur la neige, bien que les skis soient une option.

La première apparition publique eut lieu au salon Aero 07 de Friedrichshafen en avril 2007, et le prototype fit son premier vol en août de la même année depuis l’Aéroport de Chambéry. En mai 2009, l’appareil immatriculé F-WURE avait accumulé 150 heures de vol et reçu 50 précommandes. En mars 2011, F-WOOA, premier appareil de série, décollait cette fois depuis le tout proche Lac du Bourget, et a emporté ses premiers passagers en juillet de la même année.

En mars 2012, l’entreprise demande l’approbation light sport aircraft aux États-Unis afin de se développer sur le marché américain. Cette volonté justifie aussi la présence de l’appareil de présérie au salon AirVenture d’Oshkosh en 2012.

Après une période de redressement judiciaire causée par l’abandon de son investisseur historique, l’entreprise est reprise en février 2013 par une entreprise minière chinoise pour 20 M$.

l’Akoya, hydravion léger fabriqué en Savoie
L’Akoya est un hydravion léger français monomoteur biplace côte-à-côte, doté d’hydrofoils pour décoller et se poser sur l’eau. Amphibie, il est capable d’atterrir sur terre, eau ou neige sans modifications, et possède des ailes à fort allongement, pliables, ainsi qu’une configuration moteur en pylône sur la dérive.

Enregistrer au format PDF Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable

Calendrier